Lettre ouverte au peuple sénégalais

27/12/2019



Nous nous adressons au peuple sénégalais pour soulever des questions qui à notre avis concernent, à des degrés divers, tous les autres pays du continent africain.


Cette lettre, à l’instar de nos autres appels, ne se veut être qu’une modeste contribution d’un simple citoyen qui aspire à soutenir l’effort des peuples dominés, dans leurs tentatives pour se libérer des serres de l’oppression, de l’exploitation et de la misère.


Ce processus de libération politique requiert un travail de critique sociale et d’auto critique individuelle auquel nul d’entre nous ne saurait échapper. Nous tenons à affirmer notre solidarité inconditionnelle aux peuples en lutte, quels que soient leurs tares et défauts. Nous ne pensons pas que les dysfonctionnements sociaux que nous dénonçons soient les causes de notre situation, toutefois, y remédier, constitue un des préalables pour combattre le système oppressif qui, même s’il n’est pas la seule cause de ces dysfonctionnements, favorise leur généralisation au sein des sociétés parce qu’il en profite. 

Nous sommes convaincus que dans une véritable démocratie, les serviteurs du peuple ont le devoir d’élargir le champ de la participation citoyenne dans les différents espaces décisionnels. Les citoyens ont le droit et même le devoir de participer, librement et pleinement, à la vie de la communauté politique à laquelle ils appartiennent. Ces concertations doivent s’exercer


Télécharger la lettre


Le Franc CFA


Les jeunes générations, montrent de plus en plus, leur ardent désir d’en finir avec la domination de leur continent. Cet engagement s’est s’exprimé dans l’espace dit « francophone », avec la campagne contre le franc CFA.
Si, celle-ci, a le mérite de mettre en lumière le système néocolonial, elle illustre le morcellement du corps social évoqué précédemment.
 
Si nous reconnaissons que le franc CFA constitue une atteinte à notre souveraineté nationale, elle n’est pas la seule atteinte à cette dernière et, ne devrait pas être isolée du contexte global de la domination que subissent nos pays. Celle qui fait que la structure économique globale de nos sociétés se trouve affectée, intégrée dans un système qui dépasse le cadre des pays « francophones ». Même le Nigeria, considéré comme l’un des géants du continent, n’échappe pas à cette domination, car son économie peut être paralysée dès que l’Occident se désintéressera de ses gisements pétroliers. Avons-nous suffisamment réfléchi sur le caractère artificiel de nos États, qui ne vivent principalement que de l’extraction et de l’exportation des ressources naturelles ; des Etats où la question foncière demeure encore brûlante ; des Etats où la souveraineté nationale est aussi menacée par des législations imposées par le biais de conventions internationales ; des pays où les forces armées et de police, semblent plus enclins à protéger les intérêts étrangers que leurs populations ?

Plus...

Elections en Afrique, à quand la victoire du peuple ?
E-Book

Le Sénégal vient de sortir, il y a quelques mois, d’élections présidentielles après une période de tension marquée par une grande colère sociale contre les institutions politiques, parlementaires et judiciaires, sur fond de grèves récurrentes des différents secteurs professionnels les plus importants tels que les services de santé, et de l’enseignement. Face à cette colère, les réponses de la classe politique, quelle que soit le mouvement, semblent presque identiques.

Extrait

Acheter

Traverser les ombres de l'impérialisme


Nous publions avec l’aimable autorisation des éditions « Seven Saara », l’introduction de notre prochain essai intitulé « Traverser les ombres de l’impérialisme ».

________________________________________________


« Nous avons encore renforcé les forces militaires les plus puissantes de l’histoire du monde. Plus tôt cette année, le Président a promulgué la plus forte augmentation de notre défense nationale depuis l'époque de Ronald Reagan - 716 milliards de dollars pour étendre notre domination militaire dans tous les domaines. Nous modernisons notre arsenal nucléaire, nous déployons et développons de nouveaux chasseurs et bombardiers à la pointe de la technologie, nous construisons une nouvelle génération de porte-avions et de navires de guerre et nous investissons comme jamais auparavant dans nos forces armées. Cela comprend le lancement du processus d'établissement de la US Space Force pour assurer notre domination continue dans l'espace, ainsi que l'autorisation d'accroître la capacité du cyber-monde à renforcer la dissuasion contre nos adversaires ».1

Plus

Faire du Panafricanisme une réalité politique


Nous revenons dans ce texte sur l’appel lancé, il y a quelques mois, aux acteurs du mouvement panafricain, les invitant à un projet consistant en la création d’un cadre unitaire permettant de passer de la simple dénonciation de l’oppression à la mise en œuvre d’une nouvelle dynamique de combat politique.
 
Nous pensons que nous ne pouvons plus nous contenter d’analyser le système et ses mécanismes, espérant qu’il se transforme de lui-même pour coïncider à nos désirs, ou continuer de s’étonner que des oppresseurs se comportent comme tels.
 
Nous ne pouvons plus continuer de nous complaire dans des postures idéologiques qui nous condamnent à la torpeur et la passivité. Postures qui nous font éternellement ressasser les mêmes constats, révélant ainsi notre impuissance, et confirmant d’une certaine façon, les préjugés qui nous disent incapables de prendre des initiatives historiques. Peut on continuer de faire porter l’entière « responsabilité » de notre condition à « nos dirigeants », qui, curieusement, ne nous ont jamais démontré qu’ils étaient « nôtres », car ils ne servent jamais nos intérêts et, ceux qui le font sont systématiquement éliminés devant notre passivité. Même si la responsabilité du naufrage collectif du continent incombait à ces dirigeants, cette situation est-elle insoluble pour nous Africains ?




Plus... 

making Pan-Africanism a Political reality


Now that we have witnessed the redeployment of Western powers armed forces of on the African soil, the division of Sudan, the attacks on Ivory Coast, Libya, the disturbance in the Central African Republic and Nigeria, if we ad to these examples the long suffering of the people of the Democratic Republic of Congo, It would be no exaggeration to say that great risks and threats are weighing on the continent; and these are signs  that indicate that the colonial relations between the West and Africa have been preserved unchanged.
 
In light of the current international context, the Unification of the African Progressive Forces, how pretentious it may sound, is more than a reasonable ambition which appears rather to be a compelling need and a pressing political imperative.
 
The project to unite the African Progressive Forces, far from being a pretentious, is rather, in light of the current international context a reasonable ambition which appears to be a compelling need and a pressing political imperative.
 
We can no longer keep on supporting the strategy of the division that has being successful in playing Africans off against each other. That strategy of division has led to the ongoing economic competitions between our micro dominated states, between Africans living in the continent against those living abroad, and infighting between individuals for access to resources, status and acceptance from powerful groups and organizations.


~~~~~~~~

Prochainement

Forum du Peuple
__

Pour une Afrique Debout Ebook
____

~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~


Contact

CAPTCHA
* Obligatoire





Forum du Peuple -
Lettre ouverte au peuple sénégalais 
Appel au panafricains - 

r.IS.E. -U.P. - Justice - Politique  -
small Axe Interface - Racisme - Afrique Debout - Afrique, l'Appel de l'honneur - Racisme - Oppression - Image négative de l'Afrique