Quel est le sens de notre combat ?
~~~~~~~ 

Je fais partie de ceux qui croient que la pleine réalisation de notre potentiel humain s’oppose à toute soumission à l’oppression, l’injustice, au fatalisme, à l’égoïsme, l’individualisme et à l’ignorance.

C’est parce que je suis contre toute atteinte à la Dignité Humaine et faisant partie en tant qu’Africain, d’une communauté dont l’humanité n’a cessé d’être bafoué depuis des siècles, que je suis panafricaniste.

Le panafricanisme est une idéologie de combat politique, qui reflète nos expériences sociales historiques collectives, qui me semble la mieux adaptée pour combattre un système oppressif qui utilise la race, la nationalité pour étouffer la pleine expression de notre humanité.

C’est seulement dans l’unité que nous pourrions faire face aux agressions impérialistes d’où qu’elles proviennent.

Plus

Repenser notre système éducatif
~~~~~~~ 

Ces dernières semaines les élèves de certaines villes du Sénégal sont sortis dans les rues pour manifester contre les professeurs à qui ils reprochent la perturbation de leur scolarité par des grèves répétées des enseignants, qui refusent de faire ou de corriger des devoirs et d’organiser les compositions.

Nous sommes tant habitués à ces mouvements d’humeur des élèves que nous n’y prêtons plus d’importance. Parce que nous vivons dans un pays où nous n’avons pas l’habitude d’écouter la jeunesse qu’elle soit scolarisée ou non.

Les évènements de mars 2021 auraient dû être une opportunité pour prêter une oreille attentive à la jeunesse, d’initier une réflexion critique sur les responsabilités des différents acteurs chargés de son éducation, que sont l’État, les parents, les enseignants, en somme, l’ensemble de la société.

Cette jeunesse est une fois de plus prise en otage par des adultes qui semblent être peu préoccupés par leur sort, un État négligent, des syndicalistes qui mettent des revendications corporatistes, aussi légitimes qu’elles puissent être, au-dessus de l’intérêt national et des parents quasi  indifférents.

Plus

Solidarité  au peuple malien
~~~~~~~ 

Souffles Panafricains exprime sa solidarité au peuple malien dans sa lutte contre les tentatives de déstabilisation qui menacent sa sécurité, sa souveraineté, sa stabilité politique et sa cohésion nationale.

Nous condamnons l’embargo de la CDEAO contre le Mali. Cette décision est la preuve que ces institutions sont inféodées aux intérêts et agendas de puissances étrangères qui ne prennent même plus la peine de cacher leurs desseins.

Toutefois, nous invitons nos frères Africains à s’interroger, avec lucidité, si ces types de condamnations ajoutent une réelle « force matérielle » à la lutte des peuples sur le terrain. Quelle est la probabilité que nos différentes publications atteignent leurs cibles ? Notre soutien moral ou notre indignation suffisent-t-ils pour transformer la condition des peuples ?

Depuis l’assassinat du président Khadaffi, nous constatons une recrudescence des attaques et tentatives de déstabilisation sur notre continent. Qu’avons-nous fait depuis ? Nous ne faisons que nous contenter de dénoncer des actes sans prendre aucune mesure proactive.

Quels sont les dispositifs mis en place à l’échelle globale pour parer aux conséquences des sanctions sur les populations ? Existe-t–il des moyens de pression sur les différents Etats responsables de la situation ? Nous semblons être réfractaires à toute forme d’organisation, préférons centrer le combat autour d’individus et d’évènements au lieu d’objectifs, d’agendas comme le font les autres nations.

Nous ne pouvons pas designer des dirigeants pour les seuls responsables de notre destin, ce combat nous concerne tous. La lutte pour l’indépendance d’un pays concerne le peuple. Nous ne pouvons pas articuler le combat panafricaniste autour d’individus qui sont plus vulnérables que les chefs d’Etat disposant d’armée et de force de police, qui ont été éliminés et qui continuent d’être intimidés sous nos yeux. Nous contenter de pointer le doigt sur l’Occident, ne nous fera pas non plus échapper à sa mainmise sur notre continent. Si ceux qui ont fait de notre continent leur propriété peuvent se conduire avec une telle arrogance, c’est parce qu’ils savent justement, qu’avec cette mentalité qui consiste à déléguer nos responsabilités sur d’autres individus, ils n’auront pas beaucoup de soucis à se faire. Et si nous nous disions que chaque président africain assassiné, chaque pays déstabilisé, l’a été par notre lâche complicité, c’est pourquoi le même scénario peut se répéter continuellement.

Le combat pour la libération des africains ne se limite pas à publier des post ou faire des commentaires. A-t-on jamais vu les peuples qui menacent l’hégémonie des occidentaux dans leurs colonies aujourd’hui battre le pavé pour protester contre les pays impérialistes ? Par notre constante, nous donnons à ces derniers un pouvoir qu’ils ne détiennent même pas dans la réalité. Un peuple véritablement conscient ne passe pas son temps à surévaluer la force de ses ennemis.

Il est temps de nous concentrer sur nos propres forces, de  nous organiser, d’utiliser plus de temps à réfléchir ensemble sur les solutions, qu’à décrire et commenter les actes posés par les autres nations.


Mobilisons-nous pour le Mali parce que c’est notre pays ! Refusons les frontires coloniales, la seule frontière qui compte c’est celle que nous avons conçu nous même !


POUR UNE AFRIQUE DEBOUT 

Pour une agriculture de la Renaissance
~~~~~~~ 

Le continent africain, avec une population de près d’un milliard d’âmes, dont plus de la moitié constituée de jeunes, bien que possédant une bonne partie des terres arables les plus fertiles de la planète, demeure un importateur net de produits agricoles et alimentaires pour nourrir sa population, et où la malnutrition ne cesse de progresser.

Malgré l’abondance des terres cultivables du continent et l’énorme potentiel de ses ressources en eaux, les rendements à l’hectare y sont parmi les plus faibles au monde.Pourtant le continent africain a, depuis plusieurs millénaires, connu des méthodes culturales très élaborées et performantes, qui contrairement à l’idée généralement répandue, n’étaient pas toutes majoritairement orientées vers la subsistance

Plus

Défendre le Panafricanisme
~~~~~~~ 

Chers frères Africains, nous nous trouvons à un moment critique de l’histoire. Nous pouvons constater différentes opérations de déstabilisation en œuvre au sein de nos pays. Une période où nous sommes témoins d’agressions violentes et humiliantes dont sont victimes les noirs Africains à travers le monde.

C’est le moment crucial pour embrasser l’idéal « Panafricaniste ».

Il faudra au préalable défendre ce projet « unitaire » contre nos démons intérieurs ; contre tous ces groupes qui sèment la division sur des critères d’appartenance géographique, tribale, religieuse ou partisane. Il nous faut engager un combat résolu contre ces forces régressives qui cherchent à venir à bout de l’idéal panafricaniste, en l’orientant vers des chemins sans issues. Ce qui fait que nous nous contentons d’éternels discours et débats sans aucune implication pratique sur les questions urgentes qui affectent les populations africaines, ou faisons la promotion de fausses alternatives.

Plus

~~~~~~~ 

Traverser les ombres de l'impérialisme


Nous publions avec l’aimable autorisation des éditions « Seven Saara », l’introduction de notre prochain essai intitulé « Traverser les ombres de l’impérialisme ».

________________________________________________


« Nous avons encore renforcé les forces militaires les plus puissantes de l’histoire du monde. Plus tôt cette année, le Président a promulgué la plus forte augmentation de notre défense nationale depuis l'époque de Ronald Reagan - 716 milliards de dollars pour étendre notre domination militaire dans tous les domaines. Nous modernisons notre arsenal nucléaire, nous déployons et développons de nouveaux chasseurs et bombardiers à la pointe de la technologie, nous construisons une nouvelle génération de porte-avions et de navires de guerre et nous investissons comme jamais auparavant dans nos forces armées. Cela comprend le lancement du processus d'établissement de la US Space Force pour assurer notre domination continue dans l'espace, ainsi que l'autorisation d'accroître la capacité du cyber-monde à renforcer la dissuasion contre nos adversaires ».1

Plus

Faire du Panafricanisme une réalité politique


Nous revenons dans ce texte sur l’appel lancé, il y a quelques mois, aux acteurs du mouvement panafricain, les invitant à un projet consistant en la création d’un cadre unitaire permettant de passer de la simple dénonciation de l’oppression à la mise en œuvre d’une nouvelle dynamique de combat politique.
 
Nous pensons que nous ne pouvons plus nous contenter d’analyser le système et ses mécanismes, espérant qu’il se transforme de lui-même pour coïncider à nos désirs, ou continuer de s’étonner que des oppresseurs se comportent comme tels.
 
Nous ne pouvons plus continuer de nous complaire dans des postures idéologiques qui nous condamnent à la torpeur et la passivité. Postures qui nous font éternellement ressasser les mêmes constats, révélant ainsi notre impuissance, et confirmant d’une certaine façon, les préjugés qui nous disent incapables de prendre des initiatives historiques. Peut on continuer de faire porter l’entière « responsabilité » de notre condition à « nos dirigeants », qui, curieusement, ne nous ont jamais démontré qu’ils étaient « nôtres », car ils ne servent jamais nos intérêts et, ceux qui le font sont systématiquement éliminés devant notre passivité. Même si la responsabilité du naufrage collectif du continent incombait à ces dirigeants, cette situation est-elle insoluble pour nous Africains ?




Plus... 

Making Pan-Africanism a Political reality


Now that we have witnessed the redeployment of Western powers armed forces of on the African soil, the division of Sudan, the attacks on Ivory Coast, Libya, the disturbance in the Central African Republic and Nigeria, if we ad to these examples the long suffering of the people of the Democratic Republic of Congo, It would be no exaggeration to say that great risks and threats are weighing on the continent; and these are signs  that indicate that the colonial relations between the West and Africa have been preserved unchanged.
 
In light of the current international context, the Unification of the African Progressive Forces, how pretentious it may sound, is more than a reasonable ambition which appears rather to be a compelling need and a pressing political imperative.
 
The project to unite the African Progressive Forces, far from being a pretentious, is rather, in light of the current international context a reasonable ambition which appears to be a compelling need and a pressing political imperative.
 
We can no longer keep on supporting the strategy of the division that has being successful in playing Africans off against each other. That strategy of division has led to the ongoing economic competitions between our micro dominated states, between Africans living in the continent against those living abroad, and infighting between individuals for access to resources, status and acceptance from powerful groups and organizations.


~~~~~~~~

Librairie
_______

Lettre ouverte au peuple sénégalais
__

Elections en Afrique, à quand la victoire du peuple ?
__

__

Elections en Afrique, à quand la victoire du peuple ?

~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~


Contact

CAPTCHA
* Obligatoire





Mouvement Panafricain pour la Renaissance Africaine -
Non à la Servitude - Impérialisme -Forum du Peuple -
Lettre ouverte au peuple sénégalais 
Appel au panafricains - 

R.IS.E. -U.P. - Justice - Politique  -
Racisme - Afrique Debout - 
Afrique, l'Appel de l'honneur  Oppression -
Image négative de l'Afrique
Elections En Afrique
Education